- Brève histoire -

e monastère de Pissiota, sise dans la localité Poienarii Burchi, a été fondé dans la période 1928-1929 par l’homme de culture ing.  Nicolae Pissiota (1860-1940) et sa femme Zoe Pissiota (1868-1940), sur la terre achetée de la famille du général Gheorghe Angelescu (1850-1923), nom avec des résonances historiques dans l’histoire de la guerre de 1877.

e village Poienarii Burchi est attesté par les documents à partir du 21 septembre 1594 sur l’ancienne terre „Poeana” de Mme Doamnei Stanca, la femme du voivode Mihai Viteazul. Le village a été dédié par Mme Stanca au monastère Simonopetra du saint Mont Athos, dans l’année 1594. Le document original est conservé par les Archives de l’Etat de Bucarest.

’ingénieur Nicolae Pissiota, provenu d’une famille de Macédoine, né en Grèce et établi en Munténie, disposait d’un grand avoir, ce qui lui a permis la construction de cette institution de culte. L’église est l’œuvre de l’architecte  Ioan Giurgea - une combinaison harmonieuse entre le style de la renaissance italienne et les éléments byzantines spécifiques aux églises de notre pays.

our les ornements de l’église, des noms célèbres ont contribué: Costin Petrescu  (1877-1954), celui qui a peint les fresques intérieures de l’Athénée roumain ou la Cathédrale de Alba Iulia et son disciple,  Gheorghe Eftimiu.

es portraits des fondateurs et des Patriarches  Miron Cristea et Justinian Marina ont été réalisés par le peintre  Vasile Rudeanu (en 1956). L’iconostase de l’église est sculptée en bois de roses et de cerises, apporté de Grèce, en réalisant un équilibre entre la sensibilité et la méticulosité, sous l’influence de l’art italien. Le mobilier de l’église a été sculpté en 1928 en bois de chêne, avec des motifs nationaux, par le célèbre sculpteur  Anghel Dima, l’auteur de la sculpture de Mihai Eminescu située devant l’Athénée roumain. Le plancher est en marbre rouge de  Carrara, et au-dessous de la fondation de l’église se trouvent les cryptes en marbre des fondateurs et de leurs familles.

         

l’intérieure de l’église, il y a des icônes et des chandelles en argent, en style brancovenois, ainsi que des triodes, des anciens livres de messe et de chants religieux. L’élément religieux caractéristique pour le saint Monastère  Pissiota est représenté par l’Icône de la Vierge avec l’enfant - une icône thaumaturge. L’icône est peinte sur bois de chêne, sur un fond de byzantin, portant la signature du célèbre portraitiste Gheorghe Eftimiu, le disciple du peintre  Costin Petrescu.

our deux décennies, après son inauguration, entre les années  1928-1948 il a été un monastère de moines. En 1948, le Patriarche Justinian Marina le transforme dans un monastère de religieuses, jusqu’en 1962, quand il a été  dissolu.

n 1993, après 31 ans d’abandon, la communauté du  monastère reprend son activité.

ctuellement, 23 religieuses et un prêtre vivent dans ce monastère, où les prières s’harmonisent au travail; il y a des ateliers de couture,  pour les vêtements des prêtres, de tissage des tapis, qui permettent à la communauté de se procurer l’argent nécessaire pour la restauration du monastère.

La prieure Monahia Ioana Irina Călin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soutenir le Saint Monastère Pissiota!

Compte RON: RO37RNCB0069044860450001
Banque: B.C.R. - Agence Ploiesti Take Ionescu